La passion du Discus, le forum de référence depuis 2006
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 sensation d'immensité : chapitre 7 : la décante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
oups60


avatar

Masculin
Nombre de messages : 161
Localisation : tournai - belgique
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: sensation d'immensité : chapitre 7 : la décante   Dim 8 Jan 2012 - 23:28

Ce projet a pu aboutir grâce aux nombreux sites accueillants et conviviaux où j’ai pu puiser les expériences et avis. Merci à vous tous. Juste retour, si jugé intéressant, toute duplication, même partielle est évidement autorisée avec plaisir, mais formellement interdite pour usage commercial et tout aussi interdit pour ces malheureux sites – essentiellement francophones - verrouillés par mot de passe ou inscription obligatoire. N’hésitez pas à me faire parvenir votre feedback. Merci.je vous propose une visite guidée, chapitre par chapitre, des solutions trouvées et validées pour rendre viable ce projet.
à+
Oups60

Chapitre 1 : mon concept
Ici : http://www.discustoutsimplement.com/t12385-sensation-d-immensite-chapitre-1-mon-concept

Chapitre 2 : le bâtiment
Ici : http://www.discustoutsimplement.com/t12415-sensation-d-immensite-chapitre-2-le-batiment

Chapitre 3 : l’ossature métallique du bac
Ici : http://www.discustoutsimplement.com/t12464-sensation-d-immensite-chapitre-3-l-ossature-metallique

Chapitre 4 : la structure en bois & acryl (pmma).
Içi : http://www.discustoutsimplement.com/t12913-sensation-d-immensite-chapitre-4-la-structure-en-bois-acryl

Chapitre 5 : le décor.
Içi : http://www.discustoutsimplement.com/t13093-sensation-d-immensite-chapitre-5-le-decor

Chapitre 6 : la dalle en verre de la face avant
http://www.discustoutsimplement.com/t13468-sensation-d-immensite-la-dalle-de-verre#271356


Chapitre 7 : La décante étagère

Désolé pour le chapitre 6 dont une partie était indigeste pour les non matheux.

Et donc, cette décante. Ouf, enfin.

Le fil rouge de ma réflexion a été mon souci devant les changements d’eau maintenant systématiquement préconisés par tout un chacun.
Je n’ai pas le souvenir d’une telle contrainte dans le passé.
Finalement, quel gaspillage devenant vite insupportable dès que le volume du bac est conséquent.

Il ne m’était pas concevable de jeter à l’égout chaque semaine autant d’eau osmosée.
Mon jardin a des limites absorptions et mon compte en banque aussi, d’autant qu’en Wallonie, on applique la politique du pseudo «cout vérité» qui signifie que l’on surtaxe l’eau .

Ce gaspillage est en total contradiction avec ma démarche de limiter au maximum les couts de fonctionnement.
J’ai donc réfléchi « comment stabiliser mon eau », plutôt que « comment la remplacer très périodiquement ».

Mes recherches ont rapidement démontrées que la seule solution se trouve dans un volume de décante très conséquent.
Voilà donc un premier point acquis : ma décante sera de gros volume. (à ce stade, le volume nécessaire n’est pas encore fixé avec précision, juste qu’il sera « important »).


Ensuite, mon autre piste de réflexion a été la facilité de maintenance.
Les mousses filtrantes doivent pouvoir être nettoyées en souplesse très régulièrement.
Dans la décante externe de mon bac actuel de 1.200litres, la position horizontale des mousses, facile à installer, est une mauvaise solution. En effet, le passage de l’eau se faisant du bas vers le haut, ce sont les mousses du fond qui s’encrassent les premières. Il faut donc tout démonter à chaque nettoyage. Pas pratique.
Dans ma future décante, les mousses seront disposées verticalement.

Ensuite est venue la réflexion sur la progression dans les matériaux de filtration : comment facilement (entretien encore et toujours) filtrer les macros (grosses) particules, puis les moyennes et ensuite les fines. …sans renvoyer ces dernières dans l’aquarium dès qu’un début de saturation du filtre arrive.
A solutionner !

Enfin, tout filtre bio performant transforme les nitrites en nitrates. Bien, sauf que les nitrates ne sont pas plus les bienvenus dans nos aquariums. Et içi aussi, la solution classique reste le même besoin de changement d’eau …. Non acceptable bien sûr.

Comment concilier toutes ces contraintes ?

Au boulot :

1/ facilité d’accès:.
N’ayant pas la place pour installer confortablement les bacs décantes en dessous de l’aquarium, j’ai opté pour les installer sur une étagère.
J’ai pu récupérer du vieux matériel professionnel de magasin. On les appelle des «gondoles». Elles ont l’avantage de n’avoir aucun support à l’avant, sont modulable et peuvent supporter sans broncher un poids très conséquent.
Elles peuvent être obtenues d’occasion auprès de grande ou moyenne surfaces qui font un «remodeling » (remise à neuf) de leurs rayons, processus qui leurs font souvent éliminer leurs anciens rayons liquidé au prix de la casse.
Elle ressemble à ceci :




Pour protéger l’intérieur des montants de l’humidité, j’y ai injecté de la mousse PU. Ensuite, un léger décapage et deux couches de peinture antirouille (Hammerite), bleue dans mon cas.


2/ cette étagère « gondole » récupérée a une largeur de 1 mètre pour une profondeur de 60 cm, sur une hauteur de 2,5m. Elle possède 3 tablettes métalliques ajustables.
Je vais installer 3 bacs l’un au-dessus de l’autre.
Chaque bac aura une dimension d’environ 90 cm sur 55 cm sur 50 cm de haut, soit 250 litres chacun. Ma décante aura un volume total de 750 litres.

3/ Les mousses filtrantes seront disposées verticalement pour un nettoyage aisé.

4/ pour faciliter la maintenance, j’ai installé des roulettes sur les tablettes supports des deux bacs du bas ( n° 2 et n° 3). ces deux bacs décantes vont pouvoir coulisser un peu comme un tiroir le ferait.
Le bac du haut ( n°1) ayant un accès aisé, ce système n’était pas nécessaire.



En pratique :



Ndlr : les fils blancs visibles au fil des photos sont des rampes leds utilisées pour améliorer le rendu.

Ce mouvement ne peut évidemment s’envisager qu’avec un bac vide. J’ai prévu un système de vidange relié en permanence à l’égout.
Voici une vue du bac n°1 :



Bien !

Reste à concrétiser le tout.

Et là, Merci à THE DUNE pour son site hyper complet :
http://paradis-aquatique.forumactif.com/t987-projet-648l-thedude-post-fusione-avec-ma-decante

Tout y est ! C’est absolument fabuleux.

Est-il nécessaire de préciser que mes bacs sont construits en bois + PMMA, technique que j’ai expliquée dans mes chapitres précédents.



En voilà le circuit de principe, vu de l’arrière de l’aquarium :


L’eau venant du bas gauche & droite et du haut gauche & droite de l’aquarium est rassemblée dans une petite cuve de 97 litres «niveau constant», passe ensuite dans chaque cuve décante en partant de la plus haute ( bac n°1) , ensuite par celle à mi-hauteur ( bac n°2) et termine dans le bac du bas (bac n°3) où les pompes la renvoie dans l’aquarium.

Ce qui donne en pratique :



Ndlr : les fils électriques volants blancs servent à l’alimentation les barrettes Leds que j’utilise comme complément de lumière pour mes photos. Comme le résultat est pratique et me permet de visualiser rapidement le contenu de chaque bac, je vais les conserver à demeure et installer ces fils proprement.

Reprenons le tout en détails :

0/ le bac « niveau constant » de 97 litres (en haut au milieu gauche)
Il est destiné à garder le niveau d’eau constant dans l’aquarium.
Il évitera aussi que l’aquarium ne se vide complètement en cas de panne de courant.


Le voici en test d’étanchéité. Viendra ensuite son aménagement intérieur.
Il a été boulonné sur l’armature métallique de l’aquarium.

Une paroi verticale séparera ce bac en deux parties et fera office de surverse. La hauteur de cette paroi a été calculée pour ajuster le niveau d’eau dans l’aquarium. Elle sera collée après les tests d‘étanchéité.
La partie de gauche récolte les eaux provenant de l’aquarium et la partie de droite la distribue vers la décante.
Le voilà terminé et en fonctionnement.



La partie de gauche :

Elle collecte les eaux venant de l’aquarium avec :

 2 prises d’eau basses ( coté gauche - photo - et droit) en diamètre 50



Par sécurité, elles sont protégées par deux vannes.

 2 prises en surface ( gauche -photo- et droite) de diamètre 40.





Vue de la partie de gauche :



Le compartiment de droite envoie l’eau vers le premier bac de décante via 4 tuyaux de diamètre 40.
Pour éliminer tout bruit de succion, ce compartiment est toujours sous eau.
Il y a aussi la possibilité silencieuse : http://dtournassat.free.fr/Bricolage/Evacuation/Evacuation.htm



La vidange se fera directement à l’égout :



Les CAF PROTECTOR :
Qui n’a pas oublié au moins une fois de couper l’arrivée d’eau lors d’un remplissage de son aquarium ? Le résultat est un malus grave du CAF suite à toute cette eau répandue au sol qu’il faut éponger.
Cela m’est arrivé plus d’une fois.
J’ai donc prévu deux protections :
• l’une est la mise à l’égout du trop plein du bac n° 3. ( cnf plus bas le paragraphe « Le réglage du niveau d’eau dans le circuit aquarium & décante « ) . C’est la première protection qui fonctionnera en cas d’excès d’eau dans tout le circuit.
• l’autre protège en cas d’obturation des circuits décante : Une sortie anti-débordement reliée en permanence à l’égout a été placée en haut de la petite cuve «niveau constant ».



Le transfert vers la décante s’effectue via 4 tuyaux de 40mm



La décante proprement dite :

1/ le premier bac tout en haut à droite de 277 litres.

L’eau provenant de l’aquarium arrive dans cette cuve par l’arrière en bas à droite.
Le bac est divisé en deux sections et l’eau passe de droite à gauche.

Le principe :



1 – a : partie de droite : le filtre à lamelles.

Son avantage est d’éliminer les macros (grosses) particules sans matériaux de filtration. Donc pas de risque de bouchage car pas de masse filtrante.
Surprenant et très tentant.
Trop tentant.
Je me suis laissé tenter.
Tout est clairement expliqué içi :
http://www.recifduvendredi.org/talks/maccoy-18-11-2005/img20.html





Le résultat est assez impressionnant :



La mousse bleu visible en bas n’est qu’une bande empêchant l’eau de passer entre la première lamelle et la paroi frontale. L’eau n’a ainsi aucune autre possibilité que de passer entre les lamelles.


Les divers sites que j’ai consultés à son propos renseignent son efficacité tant en eau douce qu’en eau de mer, mais aussi un souci de consommation d’oxygène dans l’eau traitée.
Cette pauvre teneur en oxygène m’intéresse pour mon dénitrateur. C’est donc içi en sortie de ce bloc que je vais prendre l’eau envoyée dans le dénitrateur ( voir + bas) .



1 – b : partie de gauche : réoxygénation :

J’ai décidé de traiter l’eau sortant du filtre à lamelles par une ré-oxygènation intense via une injection d’un mélange d’ozone & air.
L’idée est de favoriser la nitridification dans les étapes suivantes.
J’y ai branché mon ozoneur Philips prévu pour un bac de 400 à 700l litres.



Le souci avec cet appareil est l’encrassement assez rapide du diffuseur& bulleur spécifique (nécessitant aussi une alimentation de courant).
J’ai modifié le montage pour pouvoir m’en passer en injectant de l’air dans l’ozonisateur avec une pompe à air Eheim qui a un débit de 400l/h réglée au minimum.



L’ensemble air + ozone abouti via un tube silicone dans un simple bulleur classique posé sur le fond de la partie gauche du bac.
Un matelas de nouilles en céramiques mis au dessus du bulleur facilite le mélange avec l’eau.
Sur le fond, à coté du buleur, j’ai installé une résistance chauffante Eheim de 300w. Elle est réglée sur 27°c et assurera une préchauffe de l’eau en cas de baisse trop importante de la température à l’entrée de la décante.

Ndlr : j’utilise beaucoup les produits de la marque Eheim car par expérience, j’ai constaté que ces produits sont nettement plus fiables que ceux d’autres marques.


Voici le bac n°1 en cours de construction, avec un montage à blanc.



Il est couché et sa face avant se trouve en dessous.

Au dessus (la future face arrière) = les 4 tuyaux d’arrivée en diamètre 40.
J’ai beaucoup utilisé ces nouveaux tuyaux semi-flexibles qui permettent d’absorber aisément toute légère différence de raccordement.
Sur le coté gauche, les tuyaux de sortie devant envoyer l’eau vers le bac inférieur. Dans la version définitive, le raccord Y de 50 sera éliminé. Ce transfert vers le bac inférieur (sortie) se fera avec 6 tuyaux de 32.
Ce nombre de 6 tuyaux a été calculé de manière à obtenir à peu près la même surface de passage qu’à l’arrivée. Autrement dit, la surface totale de passage des 6 tuyaux de 32mm de sortie (=4.823mm2) est presque identique à la surface totale de passage des 4 tuyaux de 40mm d’arrivée (=5.024mm2) à 4% près..



Voici les 6 tuyaux de sortie. Les parties vertes semi-souples permettent de faire bouger à vide d’avant en arrière les bacs n°2 et n°3 montés sur roulettes.

Les lamelles de la partie « décante lamellaires » sont faites en devinez  ……PMMA :



Les rails en plastique blanc assureront l’écartement constant des plaques entre elles.

Et voici lorsqu’elles sont installées, face avant non encore posée :



La mousse bleue permet d’éluder les soucis de précision en absorbant les légères variations en largeur. Elle facilite aussi le retrait des lamelles pour nettoyage.
Le styrène blanc au milieu sera retiré lors du collage définitif.
L’eau arrive en bas de la partie de droite, remonte entre les lamelles, passe par le dessus et tombe entre les deux parois du milieu, remonte de bas en haut dans le compartiment de gauche et s’écoule à l’extérieur en haut à gauche via 6 tuyaux de diamètre 32.

Les tuyaux perforés sont simplement emboités. Ils peuvent être aisément retirés lors des interventions de nettoyage.

Pour le plaisir des yeux, les parois en bois seront peintes en jaune avant collage définitif du PMMA.
Le voici en test d’étanchéité avant aménagement définitif.
On note les arrivées en bas à droite, la cloison centrale séparant les deux compartiments et les ouvertures de sortie en haut à gauche.



La vidange en diamètre 20 visible sur le devant est reliée directement à l’égout. A refaire, je passerai plutôt sur un diamètre de 25 pour accélérer la vidange.

ET voilà le bac en fonctionnement :



La partie libre de gauche me permettra d’y placer par exemple les sacs de tourbe permettant de réguler le PH. Après un mois de fonctionnement, j’ai diminué cet espace libre en augmentant la couche de nouilles céramiques.

Et cela donne en janvier 2012 :



Une couche de tapis japonais, une couche de nouilles, une couche de mousse gros grains, nouilles, vieux demi panty de madame rempli de tourbe.

En bas, la brique permet de maintenir le bulleur au ras du sol.


2/ le deuxième bac à mi-hauteur

Ce bac de milieu assure la filtration biologique. Il est monté sur roulettes permettant un mouvement d’avant en arrière lorsque le bac est vide.

Le principe :



Assez classique avec 4 mousses gros grains disposées verticalement, suivi par des Bio Carrier KNS qui sont des supports pour micro-organismes
Içi aussi, la vidange en diamètre 20 est reliée directement à l’égout.

Le voici en test d’étanchéité avant son aménagement définitif :

[/ur

Pour réaliser les tests, les tuyaux de transferts sont provisoirement bouchés.

[url=http://www.servimg.com/image_preview.php?i=214&u=15774741]




à l’usage, j’ai modifié le contenu de filtration de la partie de droite comme suit :
(janvier 2012)



3/ le troisième bac en bas :


Le principe :



Il est constitué de trois mousses grain fin disposées verticalement, ainsi que du compartiment des pompes de remontées vers l’aquarium.
Il est monté sur roulettes. Sa vidange en diamètre 20 est reliée directement à l’égout.

Dans ce compartiment pompes se trouvent deux résistances chauffantes de 300W chacune.
Elles sont commandées par deux thermostats électroniques indépendants mesurant la température à gauche et à droite dans l’aquarium.
J’ai encore le mauvais souvenir d’avoir cuit mes poissons au court bouillon suite au blocage du thermostat principal. Plus jamais !
J’ai donc opté pour une double mesure sur chaque résistance : j’utilise des résistances Eheim dont j’ai réglé leur thermostat intégré sur 29°c.



Celui-ci vient sécuriser la température en cas de défaillance des thermostats principaux mesurant la température dans l’aquarium.

Le bilan énergétique est le suivant : 2 résistances de sol de 100w chacune + 2 résistances de 300w dans le compartiment pompes + .1 résistance de300w en début de décante.
L’ensemble me permet de monter sans souci à 29°c en une demi -journée.
Une fois la température bien établie (29°c), ces trois résistances ne fonctionnent que très temporairement, signe que l’isolation du bac est très poussée. L’inertie d’une telle masse d’eau ainsi que la chaleur dégagée par mon éclairage halogène doivent y être aussi pour quelque chose.

Une cloison amovible sépare les deux couples chauffages & pompes, histoire de favoriser la chauffe sur la partie le nécessitant. Par exemple, ne pas chauffer l’eau du retour gauche si c’est la partie droite qui a commandé la mise en route d’une résistance. Cette cloison n’est cependant pas 100% étanche pour limiter les différences trop importantes entre compartiments et garder ainsi une certaine homogénéité.

Au-dessus de ces résistances chauffantes, j’ai quatre pompes Eheim 1260 dont deux fonctionnent en continu, pour injecter l’eau à gauche et à droite..

Chaque pompe a un débit à vide de 2.400 litres/heure.
Vu la hauteur de refoulement, et suivant les abaques fournis par EHEIM, le débit réel doit tourner autour des 1.200litres par pompe.
Les deux autres pompes fonctionnent chacune une demi-heure alternativement entre 9h et 21h.. Cela me permet de créer un léger mouvement de brassage dans l’aquarium et laisser mon petit monde se reposer tranquillement «la nuit». On verra à l’usage.



Sur la photo, il n’y a encore que deux pompes d’installées.
Chaque pompe est posée sur deux briques de manière à la surélever par rapport à la résistance chauffante qui se trouve en dessous. Ces briques servent aussi de volant thermique en emmagasinant la chaleur. Un carré de mousse bleue placé entre la pompe et les briques absorbe les vibrations de la pompe.
Les petits tuyaux verts sont les tuyaux pour l’injection du CO2.
Pour éviter une casse en cas de choc, j’ai protégé mes tuyauteries de vidange par des tubes rectangulaires métalliques.
Voilà la situation actuelle en 2012 :



Chaque compartiment a maintenant ses deux pompes.


La protection des pompes contre un fonctionnement à sec :


Elles sont protégées d’un éventuel fonctionnement à sec par un kit à construire de la marque Velleman : http://www.vellemanprojects.eu/products/view/?id=9083



Cet appareil polyvalent peut être utilisé de différentes manières : - Indication électroluminescente du niveau de liquide : BAS, MOYEN, HAUT. - Contrôleur : le relais enclenche automatiquement une pompe et / ou une vanne, afin de maintenir le niveau de liquide entre le BAS et le HAUT. - Alarme : lorsque l'appareil détecte un niveau trop bas ou trop élevé (au choix), le relais enclenche p. ex. une sonnerie ou d'autres dispositifs d'alarme.
Spécifications
• alimentation: 12-14Vca ou 16-18Vcc / 100mA
• sortie relais: 240V / 3A max.
• dimensions:
o circuit contrôleur: 104 x 60mm
o circuit détecteur: 104 x 25mm

Pour ma part, je l’ai connecté, comme conseillé, à une alimentation secteur construite avec quelques éléments électroniques simples fournis par mon revendeur.
Par contre, la plaque électrodes fournie avec le kit avait trop tendance à s’humidifier et à donner de fausses indications. Cela est dû, à mon avis, a la trop grande proximité sur la plaquette circuit imprimé des quatre fines électrodes.
J’ai donc éliminé cette plaquette et l’ai remplacé par 4 électrodes réalisées avec des tiges filetées en inox de 6mm que deux écrous permettent de régler en hauteur.
J’ai du remplacer mes quatre électrodes en galva par de l’inox pour éviter des dépôts sur celles-ci diminuant très fortement leurs capacités de détection.



La mise sous tension d’un moteur de pompe génère une pointe de courant. Pour éviter la détérioration du mini contacteur du kit, j’utilise ce mini contacteur pour commander un plus gros contacteur 16a/220v qui commandera les pompes.



Dès lors le risque d’avoir un contact «collé» ou abimé est pratiquement supprimé.
Il faut souligner que le micro-courant passant par les électrodes est totalement imperceptible, même avec des doigts mouillés.
J’ai utilisé un câble de téléphone multibrins pour faire la liaison entre le kit de détection et les électrodes.
Comment cela fonctionne t’il ?



Partons d’une cuve vide. … l’eau monte :
1 : Le voyant du kit est vert et rien ne se passe. L’eau monte progressivement et fini par atteindre les deux électrodes au niveau bas « B » et fait contact.
2 : Le voyant du kit passe à l’orange mais la pompe ne démarre pas encore.
L’eau continue à monter et arrive au niveau des deux électrodes au haut « H » et font contact.
3 : Le voyant du kit passe au rouge et enclenche la pompe via le contacteur. Le niveau baisse donc car la pompe enlève l’eau.
Lorsque le niveau passe en dessous du niveau minimum « B », le contact entre les deux électrodes « B » ne se fait plus par manque d’eau et la pompe va être coupée . Le voyant du kit repasse au vert.

Dès lors, l’eau va commencer à remonter et un nouveau cycle pourra être effectué.

Le système fonctionne parfaitement avec une eau extra douce de 50µs et peut commander plusieurs pompes.

Le réglage du niveau d’eau dans le circuit aquarium & décante :

Dans ce bac n°3, une sortie anti-débordement a aussi été installée.



Elle est reliée pour le moment à l’égout et alimentera dans un second temps un bac de réserve qui récoltera l’eau en cas de panne de courant. Une petite pompe vide cave avec flotteur la renverra vers l’aquarium dès le rétablissement du courant.

La procédure de réglage du niveau d’eau est ultra simple :
J’envoie de l’eau additionnelle dans l’aquarium dont le niveau très logiquement monte. Cette eau passe dans la cuve «niveau constant» dont le débit augmente au fur et à mesure que le niveau d’eau de l’aquarium augmente. Cette eau passe ensuite dans les 3 bacs de ma décante dont le débit augmente dans la même proportion.
Tant que mes pompes en sont capables, toute cette eau est renvoyée intégralement dans l’aquarium.
Le niveau de l’aquarium augmentant encore, le débit dans la cuve «niveau constant» s’accroît aussi et donc idem dans les bacs de décante.
Mes pompes finissent par se trouver dépassées.
Le surplus d’eau passe alors par le trop plein.
Je sais qu’à ce moment mes niveaux sont bons et que je peux couper l’alimentation d’eau additionnelle.
L’excédant s’écoulant par le trop plein va diminuer progressivement.
Lorsque le débit des pompes sera exactement celui d’entrée en début de décante, il n’y aura plus d’eau coulant par le trop plein.
Ce sera l’équilibre.

De même, en cas d’oubli d’arrêt de l’alimentation en eau, le surplus passe à l’égout : gaspillage, mais aucun débordement. Mon second CafProtector n’a même pas à intervenir.

Pas belle la vie ?


4/ le dénitrateur :

J’ai essayé sans succès d’utiliser un dénitrateur coil (http://www.aquabase.org/articles/html.php3/fabriquer-coil-denitrateur=1540.html).
Le gros souci a été son réglage trop délicat.
j’ai décidé de construire un autre dénitrateur plus simple : une boite rectangulaire étanche à l’air dans laquelle l’eau circulera lentement au travers de mousse bleue. Pour nourrir mes bactéries anaérobies, je mettrai chaque semaine une cuillère à café de lactose dans le bac d’entrée se trouvant en amont du dénitrateur. Ceci évitera de devoir l’ouvrir et donc d’y faire pénétrer de l’oxygène.
La prise d’eau est faite juste après le filtre à lamelles car, selon les forums, celui-ci consomme beaucoup d’oxygène. C’est tout bon pour en détourner une petite partie vers le dénitrateur.
Le retour se fait dans le compartiment «ozonisateur» de manière à y être ré-oxygéné.

Un joint autocollant prévu pour l’isolation des fenêtres assurera l’étanchéité à l’air.
Un trop plein anti débordement a été prévu pour palier à un éventuel colmatage du dénitrateur.


5/ le retour vers l’aquarium : UV et CO2


Pour deux pompes, l’eau filtrée passe dans deux stations UV de 30w chacune avant d’être réinjectées dans l’aquarium. J’ai remplacé le ballast ferro-magnétique d’origine par un ballast électronique (économie d’énergie + longévité des lampes).
Le rejet de ces deux pompes se fait le long de la glace avant. Il a une puissance suffisante pour provoquer un remous jusque dans le fond de l’aquarium. Il participe ainsi à l’homogénéisation de l’eau de l’aquarium. Les deux autres pompes renvoient directement l’eau en surface.



La gestion du CO2 et du PH est assurée par deux circuits distincts.
J’injecte le CO2 directement dans le tuyau de retour juste à après la pompe. Le CO2 a ainsi tout le temps de se dissoudre avant d’être injecté dans l’aquarium avec l’eau de refoulement..
Je pilote séparément la partie gauche de la partie droite avec deux sondes verre et deux circuits électrovannes séparés.



Notez la différence de PH entre la gauche et la droite.
Mon brassage « gauche-droite » génère une remontée du PH du coté de l’injection de l’eau, qui est automatiquement compensée par l’injection de CO2.
Instabilité à mon avis due à l’installation de l’équilibre du bac.
J’utilise une bonbonne de 10kg de CO2 alimentaire « Aligal » que je vidai dans mon ancien 1.200litres en une année environ. Bon, à voir à l’usage dans ce nouveau contexte.

La vidange totale de l’aquarium est prévue via une dérivation basse protégée par deux vannes :



Les paramètres :

Après trois mois de fonctionnement ( un mois sans co-locataires avec l’eau de mon ancien bac de 1.200litres qui fonctionnait en parallèle + un mois et demi avec les nouveaux post- alvins achetés au POISSON D’OR + un mois avec mes anciens co-locataires),
Mes paramètres sont les suivants :
PH : target de 6.5 . mon PH ondule entre 6.2 et 6.6 selon activation de l’éclairage et du rejet des pompes. Ma bonbonne de CO2 est mise à contribution pour réguler le tout.
Nitrite : non mesurable.
Nitrate : non mesurable
GH : 1
KH : 1
Ce qui finalement explique l’instabilité relative du PH. …….. à surveiller.
Conductivité : 188 ms
turbidité : moyenne ( mais s'améliore au fil des semaines)
Température : entre 28° dans le fond et 30° en surface. J’ai mis en route des ventilateurs pour diminuer l’impact des HQI. J’aime découvrir qu’en plein hivers, mon bac est limite trop chaud. J’ai donc coupé toutes mes résistances chauffantes sauf celles de sol. Mon bac tourne actuellement à 29°c avec 2 x 100w de chauffage de sol.
Pas belle la vie ?

Voilà finalement les paramètres d’un bac tout neuf.
Il a déjà évolué et continuera à être adapté.

dernier exemple, j’ai un couple de maroni ……



dont la femelle en robe de garde jaune citron a décidé de squater le milieu de l’aquarium. Bon, soit, sauf que « son milieu » correspond à presque la moitié de la surface disponible. Mes Discus et autres Altums ne savent plus où se mettre pour ne pas être agressé par ce petit bout de 4cms d’agressivité. ce qui donnait à peu près ceci :



Le reste de la troupe se trouvant de l’autre coté.

Un comble avec 3 mètres de facade !

j’ai donc remanié mon décor pour créer plus «d’alcoves»… Ma femelle citron est enchantée de ne plus avoir à défendre une telle immensité de territoire et mes pauvres discus et altums ont retrouvés leurs couleurs et leurs sérénités.
Il y aura sûrement d’autres ajustements car finalement un tel bac devra trouver calmement son équilibre.




Suite au chapitre 8 : l’éclairage
Revenir en haut Aller en bas
framen


avatar

Masculin
Nombre de messages : 10720
Age : 48
Localisation : Bonningues les Calais
Date d'inscription : 26/01/2010

MessageSujet: Re: sensation d'immensité : chapitre 7 : la décante   Lun 9 Jan 2012 - 0:11

Je n'ai jamais vu un travail pareil ; j'hallucine devant toute la technique et les travaux réalisés ; chapeau bas !
Revenir en haut Aller en bas
Thierry


avatar

Masculin
Nombre de messages : 5717
Age : 57
Localisation : l'Ardèche
Date d'inscription : 17/11/2007

MessageSujet: Re: sensation d'immensité : chapitre 7 : la décante   Lun 9 Jan 2012 - 9:14

Sacré bouleau.
Tu dois avoir une belle facture de pvc ....
Revenir en haut Aller en bas
Pied tendre


avatar

Masculin
Nombre de messages : 1425
Age : 36
Localisation : Laval de cère(46)
Date d'inscription : 01/08/2008

MessageSujet: Re: sensation d'immensité : chapitre 7 : la décante   Lun 9 Jan 2012 - 21:09

Une véritable usine à gaz!
Impressionnant de maitrise et de technique.
Revenir en haut Aller en bas
TheDude


avatar

Masculin
Nombre de messages : 148
Localisation : Estavayer-le-Lac
Date d'inscription : 17/12/2011

MessageSujet: Re: sensation d'immensité : chapitre 7 : la décante   Lun 9 Jan 2012 - 21:25

Merci pour les remerciement mais c'est TheDude Wink

Tu me le permet?

T'es un grand malade! mais ça fait plaisir de voir ça, pourvu que tu ne guérisse jamais


Bravo
Revenir en haut Aller en bas
Didiafanch


avatar

Masculin
Nombre de messages : 6993
Age : 45
Localisation : Troyes (10)
Date d'inscription : 12/10/2010

MessageSujet: Re: sensation d'immensité : chapitre 7 : la décante   Lun 9 Jan 2012 - 22:20

Shocked Shocked
Revenir en haut Aller en bas
mike59


avatar

Masculin
Nombre de messages : 11754
Age : 35
Localisation : tourcoing
Date d'inscription : 19/08/2008

MessageSujet: Re: sensation d'immensité : chapitre 7 : la décante   Mar 10 Jan 2012 - 12:47

alors là je dis chapeau!!!!

c'est ultra technique et vraiment bien realisé!

bravo
Revenir en haut Aller en bas
ERIC62




Masculin
Nombre de messages : 624
Age : 40
Localisation : Arras
Date d'inscription : 11/11/2011

MessageSujet: Re: sensation d'immensité : chapitre 7 : la décante   Mar 10 Jan 2012 - 13:05

Ah bas ouhai.... Quand même... Déja la surface que ca prend Shocked Shocked Shocked

Par contre une question. Quand j'ai commencé l'aquariophilie y'a 15 ans maintenant avant de laisser tomber pendant quelques années. Certains "pros" faisaient tout un discours indiquant que les UV étaient a conserver exclusivement pour les bassins car en Aquario et notamment chez les Didi ca avait pour conséquence des carences immunitaires...

J'ai loupé un wagon, les choses ont changés a ce sujet ?
Revenir en haut Aller en bas
Didiafanch


avatar

Masculin
Nombre de messages : 6993
Age : 45
Localisation : Troyes (10)
Date d'inscription : 12/10/2010

MessageSujet: Re: sensation d'immensité : chapitre 7 : la décante   Mar 10 Jan 2012 - 14:00

pour bien comprendre, tu as 0 NO3 sans changement d'eau ?
Revenir en haut Aller en bas
ERIC62




Masculin
Nombre de messages : 624
Age : 40
Localisation : Arras
Date d'inscription : 11/11/2011

MessageSujet: Re: sensation d'immensité : chapitre 7 : la décante   Mar 10 Jan 2012 - 17:52

Je me doutais bien qu'il y'en a un qui était à l'affut de ce genre de solution....

Laisse tomber Didiafanch, le monsieur là, y connait pas l'eau gratuite du ciel.... Le mieux c'est comme on fait nous... Laughing Laughing Laughing

Blaques à part ca m'interesse aussi Neutral

PS : Je rigole je me doute que tu dois connaitre puisque si je ne me trompe vous avez obligation de récuperer l'eau de pluie en Belgique, non ?
Revenir en haut Aller en bas
seb12


avatar

Masculin
Nombre de messages : 9682
Age : 44
Localisation : Rodez
Date d'inscription : 12/06/2007

MessageSujet: Re: sensation d'immensité : chapitre 7 : la décante   Mar 10 Jan 2012 - 23:39

Respect pour ce boulot de fou !

_________________
Seb12
Revenir en haut Aller en bas
Latino


avatar

Masculin
Nombre de messages : 107
Age : 27
Localisation : 38000 Grenoble
Date d'inscription : 28/08/2011

MessageSujet: Re: sensation d'immensité : chapitre 7 : la décante   Mer 11 Jan 2012 - 18:37

Travail de pro ! un vrai rêve ton bac !
Revenir en haut Aller en bas
oups60


avatar

Masculin
Nombre de messages : 161
Localisation : tournai - belgique
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: sensation d'immensité : chapitre 7 : la décante   Jeu 12 Jan 2012 - 11:35

Bonjour à toutes et à tous,
Merci, oui, c’est un peu une usine à gaz pour laquelle je me suis fait plaisir, mais alors vraiment plaisir, concrétisation de quarante années de rêve aquariophile. Et comme, j’ai toujours adoré nager à contre-courant des modes, à l’époque des nanos, la tentation était trop forte Laughing .
Enfin, et surtout, j’aime assez le challenge d’obtenir naturellement un équilibre en essayant d’intervenir le moins possible, et sans produits chimiques.
Si en plus, elle peut vraiment fonctionner correctement, ce n’en sera que mieux.
Well, wait and see.

Désolé TheDune pour l’erreur d’orthographe. J’ai dégusté ton post de long en large tant il fait référence sur la question. Vu sa qualité, il m’était évident qu’il fallait en diffuser l’adresse.
Finalement Eric62, mettre 750 litres de décante sur une surface de 1 mètre carré ne me semble pas être une mauvaise opération. Ce qui prend le plus de place, c’est mon aquarium avec ses trois mètres de façade.
Je rapproche un peu la situation sanitaire d’un aquarium à celui d’un hôpital : un milieu confiné où cohabitent diverses pathologies propres à chaque être vivant. Cerise sur la gâteau, je ne connais ni ces pathologies potentielles ni leurs éventuelles interactions entr’elles. Les UV sont réputés pour leurs propriétés germicides et leurs facultés à détruire les éléments organiques. Ils permettent d’apurer l’eau sans utiliser de produits chimiques. Il n’est par contre pas conseillé de tout détruire car l’eau doit rester « vivante ». Je n’ai que deux pompes sur quatre dont l’eau passe par les UV. Leur usage est bien expliqué içi : http://www.infodiscus.com/discus/spip.php?article19.
Le résultat est une eau plus saine avec comme conséquence pour les poissons d’avoir moins de risques d’attaques nuisibles. Je considère cet état comme positif. Tout danger potentiel provenant d’un nouvel arrivant sera géré via la mise en quarantaine d’entrée de l’intéressé. Etant isolé du monde extérieur, une éventuelle fragilisation des co-locataires ne peut dès lors avoir de conséquence négative pour ceux-ci.
Didiafanch, l’absence de nitrite et nitrate s’explique à mon avis par le fait que mon nouveau bac n’est vraiment pas saturé par les poissons : ce sont tous des jeunes en cours de croissance, mis à part les co-locataires de mon ancien bac ( 5 Altums, 4 Discus et une dizaine de corydas) que j’ai conservé. Faute de temps, Je n’ai même pas encore installé le dénitrateur.
En plus, depuis le début de la mise sous eau, j’ai fait deux changements partiels de l’eau (250litres à chaque fois) quand je suis intervenu sur les bacs de décante pour en modifier la constitution des couches filtrantes.
En douce Belgique, l’obligation de récupération de l’eau de pluie est morcelée entre Flamands et wallons. En région flamande et Bruxelles-Capitale, l’installation est obligatoire si vous construisez ou rénovez. En région wallonne, une commune sur cinq le demande.
J’ai effectivement prévu l’usage de l’eau de pluie. Pour éliminer toute la pollution atmosphérique diluée dans cette eau, elle devra passer par mon osmoseur, via une pompe suppresseur. J’ai déjà l’équipement, et il me faut juste l’installer…. Ce qui ne sera pas pour toute de suite vu mon timing surchargé pour le moment. Mais bon, il n’y a pas vraiment le feu au lac.
Il reste (j’habite une ancienne maison en ville) qu’il faudra pouvoir stocker cette eau de pluie, dont la disponibilité restera aléatoire. De plus le volume disponible sera forcément limité si je le compare à celui de mon aquarium et sa décante.

À +
Oups60
Revenir en haut Aller en bas
Didiafanch


avatar

Masculin
Nombre de messages : 6993
Age : 45
Localisation : Troyes (10)
Date d'inscription : 12/10/2010

MessageSujet: Re: sensation d'immensité : chapitre 7 : la décante   Jeu 12 Jan 2012 - 12:00

merci pour toutes ces infos et continue a nous faire vivre cette merveilleuse experience !
Revenir en haut Aller en bas
Didiafanch


avatar

Masculin
Nombre de messages : 6993
Age : 45
Localisation : Troyes (10)
Date d'inscription : 12/10/2010

MessageSujet: Re: sensation d'immensité : chapitre 7 : la décante   Lun 20 Fév 2012 - 16:29

y'a une raison particulière à ne pas utiliser des flotteurs contacteurs afin de protéger les pompes d'une marche à vide par exemple ?
tu as postés des photos d'ensemble du bac à ce jour ? sinon j'en veux bien Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
TheDude


avatar

Masculin
Nombre de messages : 148
Localisation : Estavayer-le-Lac
Date d'inscription : 17/12/2011

MessageSujet: Re: sensation d'immensité : chapitre 7 : la décante   Dim 21 Avr 2013 - 10:51

Et ce bac il va bien?
Revenir en haut Aller en bas
framen


avatar

Masculin
Nombre de messages : 10720
Age : 48
Localisation : Bonningues les Calais
Date d'inscription : 26/01/2010

MessageSujet: Re: sensation d'immensité : chapitre 7 : la décante   Lun 22 Avr 2013 - 0:12

Oups n'est plus venu sur le forum depuis le 17 août 2012, on ne sait pas trop ce qui se passe.
Revenir en haut Aller en bas
Stefou


avatar

Masculin
Nombre de messages : 2299
Age : 51
Localisation : Braine-le-Château (Belgique)
Date d'inscription : 08/07/2012

MessageSujet: Re: sensation d'immensité : chapitre 7 : la décante   Lun 22 Avr 2013 - 9:40

Il a eu beaucoup de soucis d'algue dù à sont éclairage hqi.
J'ai eu l'occasion de passer chez lui début septembre, tout étais rentré dans l'ordre.
A cette même époque, il introduisait 10 Pénangs Eruption 15-16cm de chez Bruno B.
Le bac encastré dans un mur Prône dans le living magnifique et impressionnant...
La partie technique et la gestion est tout aussi impressionnant...
Et son nouvel éclairage scratch éclairage LED qui simule le levé ainsi que le couché du soleil et cerise sur le gâteau il simule aussi les journées ensoleillées ou nuageuses (les nuages ce déplace) le tout piloté par un écrans style "ipad"
Et si j'ai bonne mémoire, tous les paramètres était visible par cet écrans.
Une petite visite éclaire que je ne suis pas près d'oublier Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: sensation d'immensité : chapitre 7 : la décante   Lun 22 Avr 2013 - 9:53

c est vraie que c est impressionnant tout ca ,mais ca doit couter plus chers en energie qu un simple changement d eau....
en tout cas il fait pas les choses a moitier^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: sensation d'immensité : chapitre 7 : la décante   

Revenir en haut Aller en bas
 
sensation d'immensité : chapitre 7 : la décante
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discus tout simplement :: LE MATERIEL :: Filtration, éclairage...-
Sauter vers: