La passion du Discus, le forum de référence depuis 2006
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez
 

  La nourriture du Discus en complément.Glucides : protides :lipides

Aller en bas 
AuteurMessage
regis

 La nourriture du Discus en complément.Glucides : protides :lipides Alevin10
regis

Nombre de messages : 298
Localisation : 53 rue fenelon montrouge 92120
Date d'inscription : 29/11/2011

 La nourriture du Discus en complément.Glucides : protides :lipides Empty
MessageSujet: La nourriture du Discus en complément.Glucides : protides :lipides    La nourriture du Discus en complément.Glucides : protides :lipides EmptyMar 28 Jan 2014 - 17:37

bonjour a vous,

je dispose de plus de 40 articles sur le discus:


♂♂ Heroine Cichlasomatine Horde. ♀♀

♀ DOCUMENTATION 20 ♂

Cette dissimilitude est sans comparable dans le reste du monde.

La nourriture du Discus en complément.

Rappel à la loi, elle est pourtant simple.

Trucs et astuces dans les additifs.

Glucides : protides : lipides:

Les valeurs nutritionnelles:

Vous pouvez prendre tout ou une partie de ce qui va suivre.
J'ai quelques notions de botaniste et une expérience d’aquariophile;(35 ans) et de globe-trotter derrière moi, je cuisine à l’occasion, puisque je suis dans la restauration d’affaire. Ce qui ne me donne aucun abrupt, pas plus que vous ! Je ne fais aucune publicité particulière, mais il m’arrive de citer des marques en tout désintéressement. Les choses étant mises au point, je cite et commente les propos suivants. (Extrait La toile, Wikipédia lr 54 etc.)

Bon voyons pour la température de votre bac et l’eau, combien de (°), voici quelques-unes de mes pratiques.

" J'adore parler de rien, c'est le seul domaine où j'ai de vagues connaissances "

L’alimentation doit être considérée plus que jamais comme le facteur numéro un de la réussite en matière de maintenance de vie et de reproduction pour vos Discus, mais également pour l’aquariophilie.
L’éventail, le caractère, la dissimilitude et la quantité des aliments sont caractéristiques, ils influenceront toutes les phases de la vie du Symphysodon, de vos Symphysodon, et des autres poissons. C’est pourquoi le sujet sera traité en plusieurs volets et sous une approche différente, vous ne serez pas insensible à mes propos tenus et aux différents méandres que j’ai pris pour aborder le souci de tout aquariophile voulant apporter un plus à ses discus ou ses poissons. Trop souvent sur internet, j’entends je n’ai pas le temps, mes poissons refusent de se nourrir.je vais tenter de remédier à répondre à quelques-unes de ces questions. La littérature en aquariophilie est figer sur le sujet, pourtant il me faut aller de l’avant !!!.
Des constatations simples, et à résoudre sans concessions.

Quand ils refusent de se nourrir la cause est dans 90% des cas, la toxicité de l’eau. Donc des changements en grand nombres et tout doit rentrer dans l'ordre. Il est possible de donner de la nourriture vivante, (avec toute la prudence à savoir enchytrées, vers grindal, bœuf maigre, tubifex, (passage obligatoire dans du néguvon). adjonction de vitamines, de spiruline, et de légumes, possible aussi des larves de moustique noire et ou rouge.
Cela va faire sourire certain d’entre-vous, mais les faits sont là !.

Il est possible d’ajouter du fenugrec, de la coriandre de l’anis, soit en grains soit en poudre ou en liquide pour aiguiser l’appétit de vos Discus ; surtout pour les récalcitrants qui ne se nourrissent plus. (Après observation voir si le poisson n’est pas infesté de divers parasites, vers etc.…
Votre réaction doit être des plus rapide car sinon le poisson dépérit rapidement se noirci en se laissant mourir !! Vous avez déjà eu l’exemple. (Sans doute).

LES ADDITIFS :
je vais de moins en moins vers cette direction, privilégiant la version naturelle. Les Discus doivent leur élégance et leur valeur à la splendeur de leurs couleurs. Certains additifs alimentaires permettent de raviver les couleurs naturelles de celui-ci, en été vous pouvez les mélanger à leur régime alimentaire de base. Ils contiennent des crevettes et une algue, spiruline, susceptibles de rehausser leur couleur rouge, et la brillance de leurs écailles. Si vous surdorez cela sera surtout visible sur le pourtour et le haut des nageoires. L’observation de vos discus vous renseignera sur le bon dosage, il vaut mieux mettre moins et rajouter au fur et à mesure de vos mix. Le fait de mélanger plusieurs ingredients changent sensiblement le grammage des adjudants complémentaires.

LES EXTRA ET LES PETIT PLUS :

Les Discus apprécient les extra qui leur apportent des vitamines fraiches et des minéraux. La laitue, les carottes, le poivron rouge, la betterave, les oranges, l’avocat, l’ail, le pain complet, les larves de moustiques, comptent parmi leurs nourritures préférées. Si vous donnez des crevettes, n'enlevez pas leur carapace car elle ravive les couleurs des Discus. (Les réduisent en brunoise au couteau svp).Les oranges découpées, mais entourées de leur peau. (Surtout les laver avant distribution, très petite quantité) Les Discus apprécient l'ail frais de préférence quand il est pressé et mélangé au reste de la nourriture. Dans la mesure du possible N’offrez jamais de petits pois car ils sont trop riches en hydrates de Carbonne. (Pour les inconditionnels du mixeur, ajouter du mix 50 voire 100 pour lier votre préparation, ce qui évitera un nuage dans votre bac et la pollution qui pourrait survenir, à défaut de mix, délayer de l’agar-agar. Ceci pour des préparations froides. Pour les adeptes du chaud il est possible d’épaissir avec de la farine type 55 ou de la fécule de pdt délayer dans un peu d’eau et remis dans votre préparation à 98° (perte de vitamines avec ce procédé, mais avantage de ne plus avoir de bactéries.). Incorporer de la farine de riz pour alourdir vos mix, sous peine de voir vos cubes de préparations flotter. Toutes les préparations sont ériger et tailler au couteau et en mini brunoise pour la plus grande satisfaction de mes poissons.

EN FONCTION DES SAISONS :(vous pouvez toujours chercher sur le net ceci relève de mes constatations sur le biotope!!!!

Selon la saison, les. Discus sont plus ou moins affamés, en été, surtout si la température de votre bac augmente (hypothèse réaliste) surtout si votre bac est exposé au soleil il peut ainsi monter à 36 ou 38°) ils se dépensent beaucoup et mangent plusieurs fois par jour. Ils vont rapidement se développer. A la période des pluies vous pouvez repasser à une température normale 25 à 26° il mange peu et sa croissance est ralentie. Le must en matière d’aquariophilie, c’est de créer des différences de température de l’ordre de 3 à 5° par jour avec des variations de courant dans la vitesse de vos pompes car le Discus n’est pas insensible à des courant fort alterné par des lents. Du vécu dans le Nhamundã, et mis en application dans mon bac de 1200 l ; résultat des Discus en pleine formes, et ne présentant pas d’excès de graisse au niveau de la frontalis. (Les asiatique au niveau de Kuala Lumpur Malaisie donne une importance toute particulière à cette zone du corps du Discus Une bien meilleurs résistance à la maladie, qui est dû à un effort physique tout simplement.
En automne et au printemps favorisez plutôt une alimentation à base de germes de blé, de vers de vase afin de maintenir en éveil les fonctions vitales car la croissance se ralenti voir s'arrête à basse température, il peut rester plusieurs jours sans manger malgré la gangue de nourriture à portée de bouche. En aquarium il n’est pas rare de voir des Discus ne pas manger et ceux pendant plusieurs jours, voir un mois. (Reproduction les parents veillent sur le frai). Dans la nature en période de reproduction, l’attention de notre Discus se porte essentiellement sur sa progéniture et la nutrition passe au second plan.

Quand la température de l'eau diminue en automne l'appétit à tendance à suivre la même diminution ;

Période 1 :
L’hiver, en l’occurrence dans l’hémisphère sud non loin de l’équateur en dessous de 24°C, les poissons ne mangent pas, (ou très peu), ils utilisent les réserves stockées durant les autres périodes surtout s’y-il sonde en profondeur, plus de 5 mètres !!! Notre Discus descend un peu plus profondément dans les abimes du rio.

Période 2 :
Juste avant et juste après cette période de disette, quand la température varie entre 25°C, les poissons mangent relativement peu, pourtant ils ont besoin de beaucoup d'énergie sous forme de lipides et de carbohydrates pour constituer ou reconstituer leurs réserves. Les besoins en protéines sont moins élevés qu'en été.
On donnera une alimentation dite "d'hiver" étudiée pour répondre à cette demande. Le choix et la variété sont prépondérants pour notre Discus. La période de reproduction approche dans le milieu naturel, pour nos aquariophiles, le problème est tout autre, il faut accoupler notre Discus, et le mètre en position idéale avec le moins de désagrément possible, tout doit s’accorder, la nourriture y compris !!!...

Période 3 :
Entre 25° et 28°C, et au-delàs La température augmente, le métabolisme aussi et les besoins en protéines augmentent. Parallèlement les taux de lipides doivent diminuer dans la ration. On utilise un aliment que j'appellerai "de base «ou un mélange d'aliment riche et d'aliment d'hiver.

Période 4 :
Au-dessus de 32°C l'organisme est à plein régime, il consomme de tout, l'énergie et les protéines, principalement pour la croissance et la reproduction. Il lui faut un aliment "riche" en quantité mais surtout en qualité. Pour des raisons évidentes, il devra également être très peu polluant. Notre Discus est alors à fond et grille la vie par les deux bouts, son espérance de vie diminue à vitesse grand (V) !!!...

Vous possédez une Rolls et vous roulez en 2 ch. Vous n’avez pas le droit à l’erreur pour la reproduction. Les paramètres de votre bac doivent être au top, les changements d’eau le plus souvent possible voire 2 fois par jour à 100% ? C’est clair. (Donc pas de nitrites pas de nitrates, pas de pollutions, apporter une eau fraiche sans trace de chlore, légèrement vieilli et oxygénée, comportant les paramètres de la reproduction. Le changement d’eau comme en Asie est très rapide et des plus violents avec des tuyaux de 100, cela dure moins de 2 minutes en siphonnant le fond de la cuve. (Même en présence de petits, incroyable !!! vue et revue chez un maximum de fermes. Loin des clichés du gouttes à gouttes, et les poissons ne semblent pas souffrir de cette situation, il faut dire qu’il n’y a pas de filtration, tout juste un bulleur.la situation peut être critiquable, mais les faits et les résultats sont là !!.
En 2 la nourriture.
Une fois en possession d'un groupe de futurs reproducteurs de qualité, la clef de la réussite c'est de leur épargner les stress, les maladies, les parasites…Ne pas suivre ces règles vous interdirait de vous prévaloir du qualificatif d'éleveur de Discus de qualité !!!
Rien ne fait grandir plus vite et ne met en meilleure forme un Discus que la nourriture vivante d'eau douce….Rien ne peut écourter leur vie, réduire leur fertilité plus sûrement que cette même nourriture!!!!! C’est paradoxal, mais ainsi va la vie.
Les valeurs nutritionnelles:

1. Protéines :

C'est le constituant essentiel de la matière vivante (animale et végétale) et c'est donc logiquement le nutriment que l'on va retrouver dans la plus grande proportion (suivant les périodes les Discus ont besoin de 25 à 35% de protéines soit environ 1/3 de la ration). C'est aussi le plus cher. De la partie nourriture.
En schématisant, on peut dire que les protéines sont constituées d'un assemblage de briques appelées les acides aminés. Ce sont ces briques que le Discus ou le poisson utilise pour réparer, entretenir ou se construire (croissance, production sexuelle, …) ses tissus ou ses organes.
Le Discus a besoin d'une vingtaine d'acides aminés différents. Il sait en fabriquer une dizaine (en transformant d'autres acides aminés ou en les élaborant à partir d'autres nutriments) mais l'autre moitié doit lui être apportée telle quelle (ce sont les acides aminés essentiels). Les besoins ne sont pas les mêmes pour chacun de ces acides aminés. La proportion en acides aminés des ingrédients utilisés dans la composition des aliments est variable. Ce qui fait la qualité de l'ingrédient protéique, c'est cette proportion qui doit être proche des besoins réels de notre Discus ou du poisson.
Les acides aminés, évoqués plus haut en tant que constituants structurels des organes, peuvent aussi, en cas de besoin être utilisés comme énergie. Dans ce cas ils ne sont plus disponibles en tant que briques puisqu'ils vont être détruits ou transformés. C'est évidemment du gaspillage et il faut les épargner en donnant au Discus ou du poisson une autre source d'énergie plus facilement utilisable et moins chère (les lipides et surtout les carbohydrates).
Il faut donc des protéines et de l'énergie. Mais pas en n'importe quelle proportion. S'il y a trop peu d'énergie, le Discus va "consumer" ses acides aminés. S'il y a trop d'énergie, le poisson risque d'être rassasié avant d'avoir absorbé suffisamment de protéines. L'excès de protéines (ou de l'un ou l'autre acide aminé) est également nocif, le Discus va utiliser ce dont il a besoin structurellement et "brûler" le reste en rejetant de l'azote qui polluera notre bac (c'est lui qui génère l'ammoniaque, les nitrites et les nitrates !).

Dans tous les cas, il y aura gaspillage de nourriture (et donc pollution) et mauvais état général des Discus s’il y a excèdent. Nourrir aussi souvent que possible, la nourriture c'est la croissance! Bien sûr je me répète mais rappelez-vous que vous ne pouvez pas suralimenter un poisson…. Seulement polluer le bac, soyez vigilant! Le tout consommé en quelques minutes sera parfait. Nourrir peu en petite quantité mais souvent est une règle d’or !!si possible on peut aller jusqu’à 8 à 9 fois par jour.

En résumé, un bon aliment devra être fabriqué à partir de bonnes protéines (c'est à dire composées d'acides aminés dans les proportions les plus proches des besoins du Discus), dans des quantités adaptées aux besoins et accompagnées des bonnes proportions de lipides et de carbohydrates pour l'énergie. de ces informations qualitatives est disponible pour l’aquariophile.(faites en bonnes usages !!. ).
Pour la partie légumineuse et fruits voici un tableau pour mieux comprendre :
Glucides : protides : lipides: kcal pour 100 gr : Glucides : protides : lipides: kcal pour 100 gr :
4, 7 2, 1 16, 4 167 Avocat: 2 1, 2 0, 2 14 laitue
8, 4 1, 5 0, 1 41 Betterave rouge 8, 5 1, 5 0, 1 42 bet cuite
5,5 2,5 0,2 34 brocoli 9 1,2 0,3 42 carotte
28,1 6 0,1 138 ail 42 12 2,5 239 algues
3,7 3,2 0,3 26 épinard 4,8 1,9 0,2 28 fenouil
11,7 0,5 0,1 50 orange 3,8 1,2 0,2 22 poivron
20 1,4 0,5 90 banane fraîche 5 2 0,6 33 bette
Pour la partie viande rouge je ne donne pas de cœur de bœuf mais du steach, qui me permet de savoir où j’en suis avec la matière grasse pas désirable en matière aquariophile.
Les valeurs nutritionnelles en viandes :

La viande est un aliment de grande valeur nutritionnelle par sa richesse en protéines, (de 20 à 30 % selon les types de viandes) et elle apporte également des acides aminés essentiels (ceux que l'organisme humain et les poissons sont incapable de synthétiser). La viande rouge est également une source importante de fer et de vitamines du groupe B, notamment la vitamine B12 antianémique. Elle apporte également des quantités notables de lipides et de cholestérol.
Aujourd’hui, on dispose d’un choix large de steaks hachés, dont certains sont très pauvres en matière grasse. Le steak haché industriel contient de la matière grasse, 5 % ou 15 % (conformément à la réglementation en France). 5 % étant bien sûr plus diététique mais un peu moins savoureux. Dans le domaine de la restauration rapide (fast Food, en anglais), on utilise un steak haché à 15 % de matière grasse. Les grands groupes de restauration rapide n'ajoutent pas de matière grasse lors de la cuisson au grill.

Valeurs nutritionnelles d’un steak haché de 100gr cru 5 % de matière grasse :
Protéines : 20 grammes, soit 20% Glucides : 0 grammes, soit 0% Lipides : 5 grammes, soit 5%
Total énergétique : 125 Kcal :

Valeurs nutritionnelles d’un steak haché de 100gr cru 12 % de matière grasse :
Protéines : 19 grammes, soit 16% Glucides : 0 grammes, soit 0% Lipides : 9,6 grammes, soit 9,6%
Total énergétique : 184 Kcal :

Valeurs nutritionnelles d’un steak haché de 100gr cru 15 % de matière grasse :
Protéines :19 grammes, soit 19% Glucides : 0 grammes, soit 0% Lipides : 15 grammes, soit 15 %
Total énergétique : 211 Kcal :

La viande rouge, source de protéines :

Les protéines animales sont celles qui ont la meilleure digestibilité et la meilleure qualité biologique. La viande rouge est classée traditionnellement, avec le poisson et les oeufs, dans le groupe des aliments riches en protéines : une ration de 100 g de viande de bœuf cuite apporte environ 25 g de protéines.
La viande rouge enrichie en Oméga 3.

Il y existe 3 familles d'acides gras dans l'alimentation :

Les acides gras saturés, dits à risque dont les graisses animales sont une source significative. Ils représentent 42 % des acides gras de la graisse bœuf.
Les acides gras mono insaturés que l'on trouve dans l'huile d'olive, mais également dans certaines viandes comme le bœuf (47 % des acides gras de la graisse du bœuf), la volaille, le porc...
Et enfin les acides gras poly insaturés comprenant deux familles d'acides gras essentiels et que l'alimentation doit impérativement apporter :
L’oméga 6, dont le chef de file est l'acide linoléique que l'on trouve notamment dans les huiles de tournesol ou de soja en moindre quantité, certaines margarines et les graisses de la viande rouge.
L’oméga 3, dont le chef de file alpha linoléique que l'on trouve dans les huiles de colza, de soja en quantité moindre ainsi que dans les huiles poissons.
L’alimentation est trop pauvre en général en oméga 3 par rapport à nos apports en oméga 6.
Ces acides gras (oméga 6 et 3) se transforment dans l'organisme en molécules ayant des effets opposés sur certaines grandes fonctions. Par exemple, les molécules issues de la transformation naturelle dans l'organisme des omégas 6 favorisent plutôt la multiplication de nos cellules adipeuses, la coagulation du sang entre autres en le rendant plus visqueux.
Les omégas 3 ont plutôt tendance à s'opposer ou à réduire la multiplication des cellules graisseuses de l'organisme, réduisent la coagublité sanguine, entre autres en accroissant la fluidité du sang.
Plus que trop riche en oméga 6, notre alimentation est surtout trop pauvre, insuffisante en acides gras de la famille des omégas 3.
Le steak haché puisqu'il contient 5 à 15 % de lipides (ou graisses) peut être vecteur d'acides gras en oméga 3 par modification de l'alimentation des animaux. Ainsi, ils peuvent contribuer à rééquilibrer les apports en oméga 3 notoirement insuffisants.

Des lipides en faibles proportions :

La teneur en graisses des viandes a été longtemps surévaluée. Pourtant, les morceaux de bœuf couramment consommés contiennent moins de 10 % de lipides. Très nombreux sont ceux au-dessous de 5 % de lipides.
En outre, on associe souvent « acides gras saturés » (accusés de faire augmenter le taux de cholestérol) et « produits carnés ». Pourtant les acides gras saturés représentent toujours moins de 50 % des lipides totaux d’un morceau de viande bovine ou ovine. Ils sont donc minoritaires.
N.B. : une part de quiche de 100 g apporte 26,2 g de lipides pour 11,6 g de protéines, quand 100 g de rosbif apportent au total 3,4 g de lipides pour 26 g de protéines.

Du fer de bonne assimilation :

La viande rouge, et plus spécialement le bœuf, est l’aliment recommandé pour couvrir les besoins en fer, notamment d’un sportif (2 à 5 mg de fer /1OO g de viande). Chez le sportif, on estime que les besoins en fer sont couverts par un apport alimentaire de 25 mg / jour pour une femme et de 18 mg / jour pour un homme. 100 g de viande de bœuf couvriront respectivement entre le cinquième et le tiers de leurs besoins journaliers.
Viande rouge et apport en zinc :

Les principales sources alimentaires de zinc sont les viandes, les produits laitiers, les oeufs et les féculents. Le zinc des produits carnés a l’avantage d’être particulièrement assimilable.
Vitamines
Par leur apport en vitamines du groupe B (B1, B2, B3 ou PP, B5, B6), les viandes sont plus particulièrement d’excellentes sources de vitamine B12, qui contribue à la constitution des globules rouges. Une portion de 100 g de bœuf couvre au moins 50 % des apports recommandés pour cette dernière. Voilà pour la partie la plus explicative qui s’applique pour l’homme dans son état General, mais qui fournit un complément non indispensable pour nos poissons carnivores.
Le poisson peut remplacer la viande, pour vos poissons :

C'est vrai !!!. Le poisson est aussi riche en protéines que la viande.
100 g de poisson apportent autant de protéines que 100 g de viande, c’est-à-dire entre 18 et 20 g. (voir filet de pangas, lieu, cabillaud, merlan, etc.. ; je poche 2 minutes et l’écrase à la fourchette, avant de le mélanger a d’autres ingrédients, pour optimiser les gouts, je mélange également des œufs de poissons de toutes sortes.
Les protéines de poisson sont d’aussi bonne qualité que celles de la viande et apportent des acides aminés indispensables pour assurer la synthèse des protéines de notre discus.
D’autre part, les poissons sont souvent moins gras que les viandes et de ce fait sont beaucoup moins caloriques. Les poissons dits maigres apportent moins de 5 g de lipides pour 100 g. C’est le cas du bar, de la sole, de la limande, du merlu, du cabillaud… Les poissons "gras" (sardine, maquereau, saumon, anguille…) contiennent de 5 à 20 g de lipides pour 100 g.
En revanche, les poissons contiennent moins de fer. Les viandes, notamment rouges, en sont de bien meilleures sources.


Quel choix possible ?
En fonction des saisons, plusieurs choix sont possibles : il est bon de changer de nourriture et d’allure au niveau du thermomètre de votre bac, cette nouvelle forme de pensée permettra de favoriser la formation de couple, d’intensifier le débit de votre pompe, pour un Discus plus performant, et pour l’avoir constaté sur place, il aime se déplacer dans du courant moyen a fort ainsi une pompe de 5000 litres n’ait pas ridicule dans un bac de 1000 litres en variant l’intensité et l’allure de celle-ci a plusieurs moment de la journée. Des changements d’eau à qui mieux mieux, ne pas hésiter à changer jusqu’à 100% par jour. Plus il y a de changement plus votre Discus se portera mieux, même pour les portée de 5 jours, cela évite la pollution de leur bac, pour l’avoir vu en Asie, avec des résultats très surprenants.

De 24°C à 26°C, les nourritures spéciales hiver à base de granulés ou de paillettes très digestes même à basse température ce qui leur permet de ne pas perdre leur capital de graisse trop vite durant l'hiver pour nous ici. De 28°C à 30°C, les nourritures toutes saisons. Quand je dis toutes saisons, seiche, lyophilisé, pâté maison, paillettes divers, vivants etc…

Les nourritures dite « haute qualité » les plus performantes = tous se qui se fait de mieux sur le marché en + du régime 24 à 26°.
Il faut administrer cette nourriture à des températures supérieures à 30°C, car extrêmement riches en pigment, protéines, vitamines, calciums, ceci n’est qu’une suggestion de ma part, et en aucun cas ne me considère comme réfèrent pour éviter toutes formes de discriminations ou de jalousie du fait d’une certaine expérience !!!!...les voyages me permettent bons nombres d’observations divers et variées sans vouloir créer de l’ombre à Heiko Bleher, et les autres !!! Après tout cela devrait rentrer dans l'ordre.
Rappel à la loi, elle est pourtant simple !!!. Obligations de l’aquariophile.

Tout particulier peut posséder un aquarium chez lui avec des animaux ne faisant pas partie des animaux protégés ou/et des animaux dangereux.
I. - On entend par animal de compagnie tout animal détenu ou destiné à être détenu par l’homme pour son agrément.
Note personnelle : les animaux de compagnie les plus courants sont les mammifères (chiens, chats, chevaux..), les oiseaux, les poissons tropicaux ou d’eau de mer, les reptiles (tortues, serpents..).
Tout possesseur d’animaux protégés ou/et d’animaux dangereux doit passer un certificat de capacité.
La seule contrainte pour les animaux autorisés est le respect des articles L. 214-1 à 3 du code rural.

L.214-1 : Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce.
L.214-2 : Tout homme a le droit de détenir des animaux dans les conditions définies à l’article L.214-1 et de les utiliser dans les conditions prévues à l’article L.214-3….
L.214-3 : Il est interdit d’exercer des mauvais traitements envers les animaux domestiques (5 espèces de poissons) ainsi qu’envers les animaux sauvages apprivoisés ou tenus en captivité….
Des décrets en Conseil d’Etat fixent les modalités d’application des articles L. 214-1 à L. 214-2 et L. 215-3.
Article L214-12(Transféré par Ordonnance nº 2000-914 du 18 septembre 2000 art. 11 I, II Journal Officiel du 21 septembre 2000)
I. - Toute personne procédant, dans un but lucratif, pour son compte ou pour le compte d’un tiers, au transport d’animaux vivants doit recevoir un agrément délivré par les services vétérinaires placés sous l’autorité du préfet. Ceux-ci s’assurent que le demandeur est en mesure d’exécuter les transports dans le respect des règles techniques et sanitaires en vigueur ainsi que des règles concernant la formation des personnels. II. - Un décret en Conseil d’Etat détermine les conditions de délivrance, de suspension ou de retrait de l’agrément et les règles applicables au transport des animaux vivants.

a plus aquariophilement régis.



Revenir en haut Aller en bas
 
La nourriture du Discus en complément.Glucides : protides :lipides
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Discus tout simplement :: LES DISCUS :: La cantine-
Sauter vers: